Remise de prix pour l'Agro-biodiversité au salon de l'Agriculture : cuvée 2015

Publié le par lesbiodiversitaires

Jeudi 26 février 2015, la Fondation du patrimoine a remis son prix pour l'Agro-biodiversité animale aux trois lauréats de cette année 2015. La cérémonie s'est tenue au salon de l'Agriculture en présence de François-Xavier Bieuville, directeur général de la Fondation et Arnaud Bourgeois, vice-président de Céva Santé Animale - mécène de ce prix. Les Biodiversaires (PJD est membre du jury) y étaient.

Premier prix (10 000 €) – Gilles et Geneviève Delas, éleveurs de vaches Béarnaises.

Installés à Herrère, Pyrénées-Atlantiques, ces jeunes éleveurs motivés et passionnés entendent pérenniser cette race par leur projet de revalorisation et de promotion de la viande, et plus particulièrement pour celle du veau de lait élevé au pis, qui possède de grandes qualités gustatives. De 300 000 bêtes recensées au début du 20e siècle, on est passé aujourd’hui à 250 aujourd’hui. Autant dire qu’il y a urgence à sauvegarder cette race, dont les animaux se caractérisent par des cornes impressionnantes. Le bœuf était autrefois largement employé pour le travail.

                            Gilles et ses boeufs Béarnais

Gilles et ses boeufs Béarnais

Vache Béarnaise et son veau en montagne

Vache Béarnaise et son veau en montagne

Deuxième prix (6 000 €) - Association nationale de sauvegarde du porc gascon (Pyrénées-Atlantiques).

Le jury a relevé l’urgence de la préservation génétique de cet animal. Le projet de l’association symbolise l’espoir de la création nouvelle d’une filière de grande qualité, qui pourrait avoir un effet d’entraînement vis-à-vis d’autres races. Il est centré autour des enjeux de prophylaxie et de variabilité génétique, indispensables à la pérennité de la race gasconne.

La filière du porc gascon souhaite développer des produits plutôt haut de gamme, grâce à la viande de cette race appartenant au rameau des porcs ibériques, capables de fournir une viande remarquable. Aujourd’hui, plusieurs grands chefs ont, à leur table, de la viande de porc gascon.

En 2011, on compte un peu plus de 1 100 reproducteurs.

Truie Gasconne et ses porcelets (photo R. Ribereau-Gayon)

Truie Gasconne et ses porcelets (photo R. Ribereau-Gayon)

Troisième prix (4 000 €) - Conservatoire des Races d’Aquitaine pour son projet de sauvegarde, valorisation et développement du poney landais (Gironde).

Il s’agit d’une race très ancienne, l’une des dernières races de poney français de souche. Elle est fortement menacée du fait de la perte de variabilité génétique liée à la faible mise à la reproduction des juments. L’enjeu de la diversité génétique est prépondérant au sein des 41 élevages de poney landais recensés en France. Le projet du conservatoire vise à faire collaborer et accompagner l’ensemble des acteurs autour d’un projet collectif de valorisation de la race.

Cette race équine n'a jamais été extrêmement répandue. Au début du XIXe siècle, on comptait environ 2 000 chevaux. Il ne restait que 150 individus en 1945. Le stud-book fut ouvert en 1967.

 Poneys landais

Poneys landais

Remise des prix aux gagnants

Remise des prix aux gagnants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article