Chien berger d’Auvergne : du nouveau

Publié le par lesbiodiversitaires

La première assemblée générale de la toute jeune Association pour la sauvegarde du chien berger d’Auvergne (ASCBA) s’est tenue le 25 avril à Védrines-Saint-Loup, Cantal. L’occasion de faire le point sur notre travail et de découvrir de nouveaux chiens !

Notre travail d’investigation se poursuit et nous avons à présent un minimum de 4 mâles reproducteurs et entre 12 et 15 chiennes. Le problème actuel est que la plupart de ces animaux sont déjà âgés et qu’il faut à présent faire vite pour obtenir des portées à partir de ces animaux, tout en évitant au maximum la consanguinité.

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur les chiens nés en 2014 et qui ont été placés chez des éleveurs et quelques particuliers. Certains ne sont pas tout à fait dans le type, mais l’objectif premier est de reconstituer une population de chiens bergers de travail. La sélection morphologique, sans être négligée, est plus facile que la maintenance des capacités remarquables qu’a le berger d’Auvergne : chien de travail, chien de garde et même chien de chasse.

Voici quelques photos des chiens. Une photo de Cannelle II.

Chien berger d’Auvergne : du nouveau

Ainsi que Java (ex-Jafa) chez Mme Odoul à Villedieu.

Chien berger d’Auvergne : du nouveau

Nous avons aussi pu trouver des mâles intéressants : c’est le cas de Boby chez Mr Dechambre à Saint-Georges, Cantal.

Chien berger d’Auvergne : du nouveau

De même son jeune frère, Pompon, chez Mr Brugerolle à Pradiers, Cantal.

Chien berger d’Auvergne : du nouveau

Ces deux animaux ont le poil assez long, ce qui est possible chez le berger d’Auvergne au vu des documents iconographiques anciens.

Du côté des femelles, trois chiennes chez Mr Juillard à Marcenat sont très intéressantes. Malheureusement l’une d’elle (Toupie), âgée de 11 ans, ne s’est jamais reproduite.

Sa sœur de portée (Riflette), bien qu’assez âgée, est superbe. Elle a été saillie par Voyou (notre fameux mâle) et nous espérons un heureux évènement.

Chien berger d’Auvergne : du nouveau

Sa fille (Bergère), quoiqu’un peu plus petite est également intéressante.

Chien berger d’Auvergne : du nouveau

D’autres chiens ont été également repérés et nous rappelons aux possesseurs de chiennes qui souhaitent la faire saillir par un mâle de berger d’Auvergne de bien surveiller leurs chaleurs, de les enfermer, et de joindre immédiatement Julien Souvignet (06.85.38.42.58).

Côté carnet rose « cuvée 2015 », Chipie chez Monsieur Garrigoux à Ladinhac, Cantal, a eu une portée de son union avec Voyou :

Chipie, la mère

Chipie, la mère

Chien berger d’Auvergne : du nouveau
Chien berger d’Auvergne : du nouveau

Les choses avancent donc bien. Rappelons que le berger d’Auvergne n’est pas limité au Cantal ! On en trouvait dans toute l’Auvergne et sans doute tout le Massif central. Aussi si vous habitez des départements limitrophes au Cantal et que vous avez connaissance ou possédez des chiens de ce type, n’hésitez pas nous contacter !

Pour en savoir plus, le site web du chien Berger d'Auvergne est ici.
et la page Facebook ic
i.

Commenter cet article

parisse 01/09/2015 15:44

Le type semble encore assez flou, robe étendue, oreilles droites ou tombantes, la morphologie semble être pour le moment le seul critère et peut être le caractère. Les tâches décrites ressemblent aux chiens de ferme de la France en général des années avant guerre.

lesbiodiversitaires 03/09/2015 19:40

Bonjour,

Le berger d’Auvergne n’est pas une race, mais une population canine, avec un fort degré de variabilité phénotypique. Originellement ces chiens connus comme « chiens de pays » ou « bâtards », étaient sélectionnés sur leur aptitude au travail et non sur un standard particulier.
L’objectif de conservation de cette population est d’abord de maintenir cette aptitude qui, si elle n’est pas pérennisée, disparaîtra très vite. Ensuite, il faut s’attacher sinon à un standard, du moins – et dans un premier temps – à un (ou plusieurs ?) type(s).
En revanche la robe merle (ou arlequin) n’est pas fréquente chez les races de chien françaises. C’est l’un des caractères qu’il faut essayer de maintenir.
Nous espérons tous qu’à moyen terme, nous pourrons fixer des caractères phénotypiques permettant d’individualiser visuellement ce chien, tout en lui conservant cette aptitude remarquable au travail qu’il possède.