Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Publié le par lesbiodiversitaires

Qu’est-ce qui nous a poussés, au cœur de l’hiver dernier, à traverser d’abord l’Atlantique puis les États de New York, du New Jersey, de la Pennsylvanie, du Delaware et du Maryland pour nous rendre jusqu’en Virginie ?

Oies des neiges.

Oies des neiges.

Bien sûr, il y avait le plaisir d’aller rendre visite à nos amis ornithogues la peintre Sarah Plimpton et l’historien Robert Paxton, à New York, et à participer avec eux sur Long Island à un fameux Christmas Day américain (journée organisée par la National Audubon Society où il s’agit de compter toutes les espèces vues en une journée - un reportage a été réalisé, à venir pour L'Oiseau magazine). Toujours sur Long Island, nous avons cherché (en vain) l’harfang des neiges.

Central park, au coeur de New York, regorge d'oiseaux. Ici un cardinal rouge et un pic à ventre roux.
Central park, au coeur de New York, regorge d'oiseaux. Ici un cardinal rouge et un pic à ventre roux.Central park, au coeur de New York, regorge d'oiseaux. Ici un cardinal rouge et un pic à ventre roux.

Central park, au coeur de New York, regorge d'oiseaux. Ici un cardinal rouge et un pic à ventre roux.

Et comme tous les ornithos locaux, nous sommes allés voir le passerin nonpareil de passage dans un parc de Brooklyn.

Tous les ornithos new-yorkais sont venus voir le passerin nonpareil, qui cherche ici la nourriture dans les feuilles mortes.
Tous les ornithos new-yorkais sont venus voir le passerin nonpareil, qui cherche ici la nourriture dans les feuilles mortes.Tous les ornithos new-yorkais sont venus voir le passerin nonpareil, qui cherche ici la nourriture dans les feuilles mortes.

Tous les ornithos new-yorkais sont venus voir le passerin nonpareil, qui cherche ici la nourriture dans les feuilles mortes.

Mais il y avait une autre raison.
Étaient-ce les oies des neiges, observées par milliers dans le ciel ou posées, immaculées ?

Oies des neiges...
Oies des neiges...

Oies des neiges...

Étaient-ce les goélands d’Amérique ou à bec cerclé ?

Un goéland à bec cerclé qui prend la pose.
Un goéland à bec cerclé qui prend la pose.

Un goéland à bec cerclé qui prend la pose.

Étaient-ce les pygargues à tête blanche, emblème des États-Unis ?

Pygargues à tête blanche, stoïques.

Pygargues à tête blanche, stoïques.

​Petite vidéo des pygargues.

Ou encore les furtives parulines avec leur petit croupion jaune ?

Paruline à croupion jaune.

Paruline à croupion jaune.

C’était tout cela, bien sûr ! Mais encore autre chose.
En Virginie, nous n’allions pas au hasard.
Nous nous rendions sur une presqu’île, elle-même longée d’une île…

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)


Là-bas, les maisons de bois se succèdent, puis de vastes marécages, des forêts, des étangs couverts d’oies des neiges (avec quelques oies de Ross), et d’immenses plages de sable blanc.
L’un de ces lieux clairs et calmes, irisés, où l’on se dit qu’on aimerait vivre.

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Les îles portent des noms indiens. On y trouve une réserve naturelle. Et à intervalles réguliers, le sable ivoire est parsemé de crottins.
Elles ont pour nom : Assateague, et Chincoteague.
Et elles étaient le but le plus extrême, au Sud, de cette échappée américaine.

Car en posant le pied sur Assateague et Chincoteague, on rentre sur les terres des chevaux sauvages.

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)
Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Les chevaux sauvages… parias aux États-Unis pendant des décennies, car trop libres, refusant la selle et la bride, et galopant où bon leur semble… parias parce qu’associés aux Indiens…

Cette liberté, les mustangs l’ont cher payée : des dizaines de milliers de chevaux ont été massacrés aux États-Unis au XXe siècle.

Passant entre les mailles de ces massacres, plusieurs troupeaux subsistent sur les îles d’Assateague et de Chincoteague.

Les chevaux de Chincoteague sont du côté des Indiens, et pas de celui des cow-boys. Il y a plusieurs siècles, ils ont repris leur liberté.

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)
Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Il faut les chercher dans les bois, dans les prairies d’herbes hautes, dans les marais où ils pâturent. Les plus chanceux les verront galoper sur la plage. Si un troupeau est assez facile à voir au loin dans la forêt après une petite marche à pied, les chevaux qui se trouvent sur la pointe Nord d’Assateague sont presque inaccessibles, dans des zones de la réserve interdites aux voitures et aux vélos. Il faut marcher 7 miles pour arriver sur leurs terres, sans aucune certitude de les trouver.

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Ce sont de jolis petits chevaux (pour qui aime les rustiques, bien sûr), d’1,22 à 1,47 m, avec des yeux allongés, de petits sabots, des robes très variées (bai, bai pangaré, pie isabelle clair, pie noir, pie alezan, pie bai, pie alezan crins lavés, etc.). Ils semblent calmes et sûrs d’eux. La crinière est bien fournie, parfois un peu ondulée. Bien que ce soit l’hiver, ils ne sont pas maigres. Il en resterait environ 300 sur les îles et un peu plus sur le continent.
Ils sont bien entendu désormais protégés. De nuisibles par le passé, ils sont devenus une véritable attraction touristique pour l’île en été, où l’on peut prendre le bateau pour aller les voir pâturer le long des berges.

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)
Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Une écrivaine, Marguerite Henry, a écrit un roman pour la jeunesse, Misty of Chincoteague (1947), qui a permis à ces petits chevaux de devenir très célèbres. Depuis, les Américains ont su faire de ces sauvageons un trésor. Plus personne ne songe à les abattre. Ceux qui sont en sureffectif sont ramenés sur le continent pour servir de monture. Difficile de ne pas penser à nos propres populations d’animaux domestiques sauvages français, la vache de l’île d’Amsterdam, abattue jusqu’à la dernière en 2010, et la betizu du Pays Basque, dernière vache férale française, et seul animal domestique autorisé à… la chasse

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Un matin, trois chevaux effrontés décident de venir brouter au bord de la route, ce qui crée un embouteillage, les pick-up s’arrêtent, les conducteurs descendent et les prennent en photo. Les chevaux regardent les bipèdes avec dédain et s’éloignent dans la forêt, d’une foulée ample et déterminée.

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Le soleil se couche sur les grandes troupes d’oies des neiges, qui surgissent de nulle part dans le ciel, en cancanant bruyamment. Encore un crottin séché sur la plage. Quand sont-ils venus, les derniers chevaux de Chincoteague, se rouler dans le sable et galoper sur la plage claire ?

Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)
Sur la route, jusqu’à l’île de Chincoteague (Virginie, USA)

Et quand reviendront-ils humer les embruns, le vent dans les crins emmêlés, libres pour toujours ?

Pour voir notre petite vidéo (avec la longue-vue !) des chevaux de Chincoteague, c'est ici.
Pour en savoir plus sur tous les chevaux du monde, un livre, ici.

Commenter cet article

Pâquerette 06/07/2016 13:47

Coucou en passant.
Vous espérant en forme.
AmicaleMEUH !

Isabelle 28/06/2016 11:05

Magnifiques photos !

lesbiodiversitaires 05/07/2016 13:10

Merci :-)