Expédition dans le désert de Gobi, épisode 10

Publié le par lesbiodiversitaires

Expédition dans le désert de Gobi, épisode 10

Carnet de voyage d’Élise
Au fond du Gobi A, objectivement, il y a de quoi ne pas être complètement rassuré. Nous n’avons pas de téléphone satellitaire et donc, en cas de panne, aucun moyen de joindre quelqu’un.
« Vous avez vu le chauffeur hier soir ?, demande S., Il a démonté toute une partie du moteur, y’en avait partout.
- Dans ma tente, les tiques, c’était un véritable zoo », rajoute R.

Expédition dans le désert de Gobi, épisode 10

Quant à moi, j’ai fini par m’écrouler de sommeil, malgré ma décision de lutte sans merci contre les tiques.
Nous sommes retournés à l’oasis ce matin, où nous avons chacun rechopé plus d’une dizaine de tiques qui cavalent sur nos vêtements ! On s’est foutu à moitié à poil pour s’épouiller les uns les autres avant qu'elles ne nous mordent.

Expédition dans le désert de Gobi, épisode 10

Flânerie à Sharl Khuls
Dans l’oasis, je suis partie en avant, à la recherche des papillons.
J’entends les ornithos qui arrivent derrière moi, je me cache derrière un buisson (où 4 tiques tentent de m'escalader) et pousse un puissant : GRAOUUUUUU !
Bon, on m’a déjà bien prise pour une marouette de Baillon, je peux bien essayer de me faire passer pour un ours de Gobi. « C’est quoi ce bruit ? », demande Pierre, pas plus effrayé que ça.
Philippe de son côté continue ses prises de son pour la fauvette qui l’intrigue, et pour son dossier pour Lars Svensson.

Cyrtopodion elongatus

Cyrtopodion elongatus

Terbish fait une coche
Terbish, lui, a attrapé un lézard rare. Il est aux anges car c’est la première fois qu’il en voit un. Cyrtopodion elongatus très exactement. Une coche pour un herpétologue, c’est pas rien ! Je sens qu’on va encore devoir fêter ça à la vodka chinoise… (pour les non-initiés : une coche pour un naturaliste, c'est la première fois qu'il voit une espèce)

L'oasis infernale
Nous avons étudié nos tiques, il y en a deux catégories : les géantes à pattes jaunes, et les énormes noires.
(En France, un bon moyen de ne pas avoir de tiques dans son jardin, c’est d’avoir des poules ! Mais il n’y a quasi aucune poule en Mongolie ! J’aurais dû emmener une poule en voyage !!)
Alors voilà. En fait, les oasis, c’est comme la vie. T’en chie dans le désert, t’as chaud, t’es mal, t’es seul, tu crois que tout est perdu et enfin tu trouves une oasis merveilleuse : ça y est, le bonheur, la sécurité, enfin !!! … sauf que l’oasis est bourrée de tiques, et que t’es finalement super content de retourner dans le désert… Rien n’est jamais parfait. T’as le choix entre crever de soif ou finir dévoré par les tiques.

Sur la route, premier gypaète barbu.

Sur la route, premier gypaète barbu.

Une vallée de pierre au fond du désert
Nous reprenons la route. Plus loin dans le désert, nous nous arrêtons à une vallée de pierres, où est placé un piège-photo.

Expédition dans le désert de Gobi, épisode 10

Nyambayar le relève : deux films montrent le passage récent d’un gros ours !

Relevé du piège-photoRelevé du piège-photo

Relevé du piège-photo

Faucon de Barbarie
Faucon de Barbarie

Faucon de Barbarie

Moi, il me semble que si j’étais un ours, j’irai plus au frais au fond de la vallée. Alors pour aller voir, j’escalade un rocher.

En plus, plus haut, il y a des papillons (argus)...
En plus, plus haut, il y a des papillons (argus)...

En plus, plus haut, il y a des papillons (argus)...

... et un agame de Mongolie (Paralaudakia stoliczkana)

... et un agame de Mongolie (Paralaudakia stoliczkana)

Je me dis que l'ours est forcément passé par là...

Je me dis que l'ours est forcément passé par là...

« Tu vas où, Zou ? »
Je ne réponds pas tout de suite, parce que j’ai trouvé quelque chose. Les mammifères, c’est vraiment ce que je préfère. Pourtant, si je tombais sur l’ours, je ne ferai pas la maline. Mais je dépasse ma peur : j’avance...
« Venez voir ! Il y a des traces ! »

Traces et crottes fraîches d'un gros ours de Gobi
Traces et crottes fraîches d'un gros ours de Gobi
Traces et crottes fraîches d'un gros ours de Gobi

Traces et crottes fraîches d'un gros ours de Gobi

Suite au prochain épisode...

Commenter cet article

sylvie 30/07/2016 12:13

Je tourne la page de tintin au gobi....alors tu l as vu l ours?

lesbiodiversitaires 30/07/2016 17:03

mystère ;-)

sylvie 30/07/2016 12:12

Je tourne la page de tintin au gobi...alors l ours tu l as vu?

Jojo 30/07/2016 11:35

Salut
J'ai enfin pu visiter le blog.... Pour les tiques, pas besoin d'aller en Mongolie, je viens de me payer 15 jours d'antibio à cause d'une bien fixée, ramenée des Pyrénées-Orientales. C'est moins exotique, je vous l'accorde ;=D))
Dommage, mais ce n'est pas un pays pour moi, et je le regrette. Magnifiques documents ! J'attends la suite avec impatience !!!
Bises

lesbiodiversitaires 30/07/2016 17:04

Pauv' Jojo !! si toi aussi les tiques t'attaquent !! Cela dit j'imagine que les bagueurs comme toi doivent en choper souvent !!
bises