Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6

Publié le par lesbiodiversitaires

Carnet de voyage d’Élise

Une alouette haussecol m'entraîne vers des tombes perdues au milieu de nulle part...

Une alouette haussecol m'entraîne vers des tombes perdues au milieu de nulle part...

...

-C’est un vieux squelette ?
-Non. Plutôt frais.
-Heu ben, non merci, ça ira !!! »
Je les laisse à leur contemplation philosophique et m’en vais étudier des agames à tête de crapaud, de gros lézards ventrus et empotés qui ont l’air à moitié abruti…
« Y avait encore deux autres crânes, en plus du squelette… Un, ça devait être un vieillard, il n’y avait pas de dents. »

 Dessin d'après la photo d'un des crânes

Dessin d'après la photo d'un des crânes

Terbish explique que c’est une tradition bouddhiste de laisser les cadavres à même le sol : les charognards viennent les manger. Ce sont les vautours qui vont être contents !
J’aperçois ici, de loin, deux chevaux avec la marque à l’épaule que je recherche.

Vautour de l'Himalaya, vu la veille.

Vautour de l'Himalaya, vu la veille.

Attente dans la steppe, à côté des squelettes.
Attente dans la steppe, à côté des squelettes.Attente dans la steppe, à côté des squelettes.

Attente dans la steppe, à côté des squelettes.

Nous ne parvenons pas à rejoindre le lac Boon Tsagaan ce soir, et devons dormir dans la steppe, sur un sol caillouteux. Certains amis pensaient qu’on allait dormir dans des yourtes… mais ce serait un 4 étoiles, une yourte ! Nous sommes dans des lieux bien trop sauvages, il faut monter la tente tous les soirs, la démonter tous les matins, et dormir sur la caillasse.
La Mongolie est sauvage : pas de routes (juste des pistes), pas de pancartes, évidemment pas d’hôtels. Rien à voir avec tout ce qu’on connait. On ne peut parcourir la Mongolie sans guide mongol, capable de se repérer dans la steppe, sans une énorme préparation. Les Mongols le déconseillent, c’est dangereux.

Jeune souslik à longue queue.

Jeune souslik à longue queue.

Agame à tête de crapaud.

Agame à tête de crapaud.

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6

Cinquième jour. Mercredi 22 juin.

Hier soir, après avoir échappé à l’alcool de yak, je n’ai pas pu éviter la rasade de vodka.
Puis Terbish nous a fait tout un discours comme quoi nous nous rendions dans un des coins les plus reculés de reculés du désert de Gobi, que nous n’allions rencontrer personne pendant des jours, et n’avoir aucun moyen de communication.
Bon…
Quand un naturaliste mongol vous dit qu’on va dans un coin reculé, sachant que l’essentiel de la Mongolie est déjà, pour nous, un lieu reculé, ce n’est pas hyper rassurant…
Philippe nous précise qu’en effet aucun rapport de voyage naturaliste n’existe à sa connaissance pour cette région, d’où l’intérêt de s’y rendre.

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6

Un tel baratin + la vision des squelettes, eh bien, bonne nuit les amis !
Du coup, ce matin, Pierre n’a pas très bien dormi et demande : « Mais les Mongols, ils sont sûrs d’avoir assez d’essence ? »
Nous nous rendons au lac Boon Tsagaan. Mouette relique, mouette du Tibet (magnifique), oies, cygnes, etc.

Le lac Boon Tsagaan est un haut lieu de l'ornithologie mongole et Pierre semble décidé à l'explorer !
Le lac Boon Tsagaan est un haut lieu de l'ornithologie mongole et Pierre semble décidé à l'explorer !Le lac Boon Tsagaan est un haut lieu de l'ornithologie mongole et Pierre semble décidé à l'explorer !
Le lac Boon Tsagaan est un haut lieu de l'ornithologie mongole et Pierre semble décidé à l'explorer !

Le lac Boon Tsagaan est un haut lieu de l'ornithologie mongole et Pierre semble décidé à l'explorer !

Un peu plus loin, deux étalons se battent pour deux juments. Mais ces dernières ne veulent pas du nouveau, elles restent avec leur officiel et dégagent l’intrus à coup de ruades. Cela n’émeut pas ce dernier : il les suit. Sa persévérance paiera peut-être.

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6

Guifettes leucoptères, gravelot à collier interrompu, tadornes casarcas. Mais pas de pygargue de Pallas.

Sterne pierregarin - amusant de la voir dans ce type de paysage.

Sterne pierregarin - amusant de la voir dans ce type de paysage.

Grands cormorans.

Grands cormorans.

Canards siffleurs.

Canards siffleurs.

Spatules blanches.

Spatules blanches.

Goéland ichthayète. Sûrement un des plus beaux goélands.

Goéland ichthayète. Sûrement un des plus beaux goélands.

Oies cendrées (sous-espèce rubirostris).

Oies cendrées (sous-espèce rubirostris).

Guifette leucoptère.

Guifette leucoptère.

Petit gravelot.

Petit gravelot.

Les paysages sont incroyables, la Mongolie est un pays vraiment différent des autres. Plus nous avançons vers le Gobi, plus le paysage se désertifie, avec de plus en plus de dunes.
La steppe a une odeur à cette saison, elle sent l’armoise, un parfum fort et entêtant.

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6

La crasse nous guette
Cela fait plusieurs jours que nous n’avons pas pu nous laver. Si nous ne sentons pas encore le vieux chameau, c’est grâce aux lingettes apportées de France.
Mes cheveux sont en train de se transformer en dreadlocks.
Je rêve d’un ruisseau, même glacé… Cela me semblerait un luxe suprême.
Pourtant, compte tenu des conditions, notre voyage est plutôt « luxueux », étant donné le contexte. Nous mangeons chaud tous les soirs (invariablement, du riz et de la viande dure !). Et nous sommes avec un excellent guide, et des chauffeurs maîtrisant la conduite dans le désert. Enfin, la plupart du temps…

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 6
Zoulaa
Zoulaa

En effet, nous avons connu tout à l’heure notre premier ensablement. Tout le monde a dû pousser, et Pierre s’est à moitié asphyxié avec les gaz du pot d’échappement.
Philippe, lui, s’est croûté en descendant du camion et a une grosse bosse dans le bas du dos, ce qui, comme tous les bossus, le plonge dans des affres de questionnements existentiels (de quelle couleur est ma bosse ? de quelle taille est ma bosse ? touchez ma bosse !).

Enfin, après quelques émotions, les camions peuvent repartir.
Pierre, quand il a enfin fini de cracher ses poumons, sort pour rire une grande phrase à l'équipe :
If you don’t shut your gob, I’ll shove your teeth so far down in your throat, that you’ll have to stick your tooth-brush up your ass to clean them !
(Ce qui signifie, globalement : « si tu continue de parler, je vais t’enfoncer les dents tellement profond que tu seras obligé de te les brosser par le fion »). Le voilà à nouveau en forme !

Ensablement : il faut pousser !

Ensablement : il faut pousser !

La dernière station d'essence
La dernière station d'essence

Enfin, après avoir cheminé dans la région du Trans-Altaï, nous arrivons à Bayanondor, aux portes du désert, le dernier village.

Un sixième Mongol nous rejoint, c’est Nyambayar, qui va nous guider dans le désert du Gobi A, le plus difficile.

C'est un garde naturel qui travaille à la protection de la faune du désert du Gobi.

Pas question de s'aventurer seuls dans le très reculé Gobi A, on s'y perdrait immédiatement : le naturaliste mongol Nyambayar Yanjin rejoint l'équipe, ce qui va lui permettre d'aller vérifier des pièges-photos placés pour le suivi scientifique de l'ours de Gobi.

Pas question de s'aventurer seuls dans le très reculé Gobi A, on s'y perdrait immédiatement : le naturaliste mongol Nyambayar Yanjin rejoint l'équipe, ce qui va lui permettre d'aller vérifier des pièges-photos placés pour le suivi scientifique de l'ours de Gobi.

Mongol en goguette.

Mongol en goguette.

Le moineau soulcie comme le pigeon des rochers sont très inféodés aux petits villages.
Le moineau soulcie comme le pigeon des rochers sont très inféodés aux petits villages.

Le moineau soulcie comme le pigeon des rochers sont très inféodés aux petits villages.

L’univers de Tolkien me revient en mémoire, et ces mots : La Dernière Maison Simple.
Terbish nous dit qu’on ne reverra pas la « civilisation » (c’est-à-dire trois yourtes et demi) avant le 30 juin.
Un monticole de roche passe…
Myangaa, notre chauffeur, crache de gros mollards en se raclant la gorge. Un poète…

Ce monticole de roche semble garder Bayanondor, la porte du désert.

Ce monticole de roche semble garder Bayanondor, la porte du désert.

Suite au prochain épisode...

Commenter cet article

Anne 26/07/2016 21:37

Heureusement qu'on sait que vous en êtes revenus.... C'est palpitant !

lesbiodiversitaires 26/07/2016 22:06

Merci Anne :-) La prochaine fois tu viens !!! :-)