Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 20

Publié le par lesbiodiversitaires

Carnet de voyage d’Élise Mazaalai karshan emegtei

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 20

Douzième jour. Mercredi 29 juin.
L’affut au loup d’hier n’a pas été concluant, même si nous avons vu un nouveau khulan et, de mon côté, posé à quelques mètres de moi, un faucon sacre.

Rien...

Rien...

Bredouilles...

Bredouilles...

Ce matin, pas de loup non plus en cherchant dans la steppe, et le vent s’est levé.
Nous sommes à la frontière de la Chine, près de la montagne Tahiyn Shar Nuruu, là où le dernier cheval de Przewalski (takh, en mongol) a été tué à l'état sauvage, nous dit Terbish.
Notre tente a des soucis de fermeture éclair, mais Galaa répare tout ça avec une pince.

C’est reparti, dans le désert du Gobi B !
Nous recherchons surtout les équidés, et nous avons de la chance, nous trouvons des khulans (le nom scientifique du khulan est hémione de Mongolie, ou hémione de Gobi, Equus hemionus hemionus, une sous-espèce d'hémione en danger vivant dans les zones désertiques ou semi-désertiques).
Superbe observation d’un troupeau de khulans ! 24 individus, avec plusieurs ânons.

Khulans

Khulans

Ce troupeau, avec des femelles et des jeunes, est bien plus farouche que le mâle solitaire curieux d'hier, et prend la fuite.

Ce troupeau, avec des femelles et des jeunes, est bien plus farouche que le mâle solitaire curieux d'hier, et prend la fuite.

La marque réticulée à l’épaule
Plus tard dans la journée, nous revenons sur nos pas, et repassons devant le centre administratif du Gobi B (c’est-à-dire, un bâtiment et quelques yourtes).

Centre administratif du Gobi B.
Centre administratif du Gobi B.

Centre administratif du Gobi B.

Un peu plus loin, nous trouvons un cheval porteur de la fameuse marque naturelle à l’épaule que je cherche depuis le début, et qui signe chez les chevaux domestiques (mongols, yakoutes et transbaïkals) un apport de sang Przewalski à un moment ou un autre de leur généalogie.
Comme par hasard, celui-ci se trouve tout près de la zone des Przewalski !

En Mongolie, il y a plus de chance de trouver la marque à l'épaule dans les troupeaux de chevaux domestiques à la robe isabelle, évoquant les chevaux sauvages.

En Mongolie, il y a plus de chance de trouver la marque à l'épaule dans les troupeaux de chevaux domestiques à la robe isabelle, évoquant les chevaux sauvages.

Non seulement le cheval porte la marque naturelle à l'épaule, mais il est aussi massif, avec une grosse tête, des zébrures aux jambes, une raie dorsale large. Terbish pense qu’il a été croisé récemment avec un Przewalski.
Les Mongols apprécient ces croisements, qui rendent les chevaux domestiques plus forts. Mais ces hybridations restent, dans la nature, surveillées de près, pour éviter tout problème par rapport au programme de sauvegarde des chevaux de Przewalski.

Ce cheval a une crinière bien fournie et tombante, typique des chevaux domestiques, aussi je suppose que le croisement d'un de ses ancêtres avec le Przewalski date d'il y a au moins deux générations.
Ce cheval a une crinière bien fournie et tombante, typique des chevaux domestiques, aussi je suppose que le croisement d'un de ses ancêtres avec le Przewalski date d'il y a au moins deux générations.
Ce cheval a une crinière bien fournie et tombante, typique des chevaux domestiques, aussi je suppose que le croisement d'un de ses ancêtres avec le Przewalski date d'il y a au moins deux générations.

Ce cheval a une crinière bien fournie et tombante, typique des chevaux domestiques, aussi je suppose que le croisement d'un de ses ancêtres avec le Przewalski date d'il y a au moins deux générations.

Il pleut comme yak qui pisse
Nous quittons le Gobi B et revenons vers les steppes herbeuses. Il se met à pleuvoir pendant plusieurs heures.
« Tsag agare mash taarou bain », dis-je à Terbish, pour le plaisir de le faire rigoler encore en lui parlant mongol.
Oui, me répond-il en anglais, il fait un temps épouvantable !

Ce midi, profitant d'une éclaircie, nous faisons un arrêt pour déjeuner dans la steppe. Philippe et Terbish n’arrêtent pas de s’empiffrer de fromage mongol acheté hier, dans une yourte de bergers, perdue dans la montagne, où nous avons été invités. Ce fromage est dur comme du fer.

Hier, en voyant sécher au soleil du fromage en haut de cette yourte, nous avons voulu demander si on pouvait en acheter...

Hier, en voyant sécher au soleil du fromage en haut de cette yourte, nous avons voulu demander si on pouvait en acheter...

Mais les Mongols ne voulaient pas nous les vendre mais nous les offrir, et en prime, ils nous ont invités à manger ! Nous avons dû insister pour leur laisser un petit quelque chose en contrepartie des sacs entiers de fromage qu'ils ont préparés.

Mais les Mongols ne voulaient pas nous les vendre mais nous les offrir, et en prime, ils nous ont invités à manger ! Nous avons dû insister pour leur laisser un petit quelque chose en contrepartie des sacs entiers de fromage qu'ils ont préparés.

L'hospitalité mongole n'est pas une légende... Devant Terbish, un énorme pot de crème et un sac de pain...
L'hospitalité mongole n'est pas une légende... Devant Terbish, un énorme pot de crème et un sac de pain...

L'hospitalité mongole n'est pas une légende... Devant Terbish, un énorme pot de crème et un sac de pain...

Deux types de fromage, les pavés durs et salés, et les sortes de "roses" faites en tortillons de fromage, plus tendres et légèrement sucrées.
Deux types de fromage, les pavés durs et salés, et les sortes de "roses" faites en tortillons de fromage, plus tendres et légèrement sucrées.

Deux types de fromage, les pavés durs et salés, et les sortes de "roses" faites en tortillons de fromage, plus tendres et légèrement sucrées.

Il s'agit ici plutôt d'éleveurs de chèvres et moutons...

Il s'agit ici plutôt d'éleveurs de chèvres et moutons...

...gardés par de gros chiens.

...gardés par de gros chiens.

Fromage trop dur pour les quenottes des autres Français.
Terbish se marre, il a l’air de nous prendre pour des chochottes. Il dit à Philippe de plonger son bout de fromage dans son thé pour le ramollir. Plouf ! Au fond du thé…
En fait, ce type de fromage se suce comme une sorte de bonbon.

Charnier
Nous finissons tranquillement notre déjeuner dans la steppe. Un peu plus loin, je tombe sur un charnier, plein de pattes d’animaux, qui puent, et de sabots en tous genres.
Qui les a mangés là ? Je trouve aussi un crâne de yak. Seul petit moment de poésie, un papillon marbré volète.

Ce crâne-là est propre, sans bout de viande...

Ce crâne-là est propre, sans bout de viande...

Nous reprenons la route, vers un nouveau lac, le lac Tsetseg Nuur, où nous souhaitons juste faire une petite pause.
Nous roulons sur une terre grise, mouillée, collante.
Philippe suggère qu'on n'avance pas plus loin. Après tout, ce lac n'est pas la destination de la journée, et nous pouvons nous passer de ce détour.
Mais le temps qu'il expose ses arguments aux Mongols, il est déjà trop tard. A force de prendre des risques…nous nous embourbons sévèrement dans la steppe, tout près du lac.

Expédition dans le désert de Gobi (Mongolie), épisode 20

Suite au prochain épisode...

Commenter cet article