Sauvegarde du chien Berger d’Auvergne, nouvelles 2016

Publié le par lesbiodiversitaires

Le conseil d’administration de l’association de sauvegarde du chien Berger d’Auvergne (ASCBA) s’est réuni samedi 8 octobre à Sériers, dans le Cantal. L’occasion de voir deux chiots de deux mois, nés chez Julien Souvignet, et de prendre quelques décisions de conservation de cette population canine.

Julien, Jade et ses deux chiots, Milo et Miquette

Julien, Jade et ses deux chiots, Milo et Miquette

Après deux ans d’existence, pas mal de chiens recensés et plusieurs portées qui sont nées, la première phase de sauvegarde du berger d’Auvergne est bien avancée. Même s’il est encore trop tôt pour élaborer un standard strict de ce chien, donner un label à chaque chiot apparaît désormais une nécessité, afin d’éliminer les chiots trop éloignés du type Auvergne et de pouvoir partir sur de bonnes bases d’élevage pour la suite du programme.

Jade, fille de Violette, et ses chiots qui devraient être bien dans le type.
Jade, fille de Violette, et ses chiots qui devraient être bien dans le type.Jade, fille de Violette, et ses chiots qui devraient être bien dans le type.

Jade, fille de Violette, et ses chiots qui devraient être bien dans le type.

Labellisation ASCBA
Ne sont labellisés que les chiens aptes à reproduire. Une première liste de chiens a donc été examinée attentivement. Jean-François Courreau, vétérinaire et spécialiste des chiens de berger, a rappelé que la sélection doit s’opérer en fonction : « de la morphologie, de l’ascendance et/ou de la descendance et de l’aptitude au travail de l’animal ». Un chien labellisé doit satisfaire à l’ensemble de ces critères.

Les derniers chiots nés
Deux des chiots de Julien Souvignet (Jade x Jadéo) sont intéressants car ils ne sont pas porteurs du gène merle, ce qui permettra des croisements avec des chiens merle sans aucun souci (pour rappel, dans toute race de chiens, il ne faut pas croiser ensemble deux chiens porteurs du gène merle, sous risque de voir naître dans la portée des chiots présentant des problèmes génétiques). Ces deux chiots ne sont pas à placer mais destinés à devenir des reproducteurs.

Milo, fils de Jade, petit-fils de Violette

Milo, fils de Jade, petit-fils de Violette

Sont à naître chez Sylviane Grébert (Lilas x Chien) une portée fin octobre. Selon le nombre de chiots, certains seront peut-être à placer, mais en priorité pour le travail du bétail chez des éleveurs.

Lilas, à 15 jours de sa mise bas (même si ça ne se voit pas beaucoup !)

Lilas, à 15 jours de sa mise bas (même si ça ne se voit pas beaucoup !)

Du travail, encore du travail…
Rappelons en effet que le chien Berger d’Auvergne est avant tout un chien de travail, fait pour la vie en plein air et un mode de vie très dynamique. Ce n’est pas un chien d’intérieur et il ne peut absolument pas convenir à une vie urbaine ou sédentaire. La sélection va s’opérer sur ses aptitudes au travail et nous souhaitons avant tout qu’il retrouve sa place dans les fermes d’Auvergne ou d’ailleurs, au côté des éleveurs.

Fille de Voyou, Lilas a cette couleur de robe si particulière qu'on appelle merle sur fauve charbonné. Ici avec Sylviane.

Fille de Voyou, Lilas a cette couleur de robe si particulière qu'on appelle merle sur fauve charbonné. Ici avec Sylviane.

« Une bonne nouvelle, explique Julien Souvignet, président de l’association, c’est que j’ai de plus en plus de nouvelles de chiens issus des chiots qui sont nés ces deux dernières années qui travaillent. Et le fait que les propriétaires les mettent ainsi rapidement au travail, c’est une bonne surprise. »

Julien parlera du chien berger d'Auvergne ce dimanche matin sur la radio RMC dans l'émission Nos animaux avec Laëtitia Barlerin !

Pour l'écouter, c'est ici en replay.

+ une chronique sur RTL.

Milo et Jade
Milo et Jade

Milo et Jade

Si vous voulez soutenir la sauvegarde du chien berger d’Auvergne, n’hésitez pas à adhérer !
Le bulletin d’adhésion, ici.
Notre site web
Notre page Facebook

Lilas

Lilas

Commenter cet article