Corée du Nord : le voile se lève enfin sur un cheval méconnu

Publié le par lesbiodiversitaires

Cette photo toute simple, reçue ce matin, est l’une des plus jubilatoires pour nous en termes de biodiversité domestique depuis bien longtemps…

De retour de voyage, l’écrivain-voyageur Jean-Louis Gouraud a eu la gentillesse de nous l’envoyer, sachant parfaitement la joie qu’elle déclencherait dès sa réception… !

Un kwangok

Un kwangok

C’est un document particulièrement frappant quand on s’intéresse aux races de chevaux. Parce qu’elle a été prise… en Corée du Nord. Et nous sommes très heureux d’être autorisés à la publier ! Cela faisait en effet quelques temps que Jean-Louis Gouraud avait envie de se rendre dans ce pays, pour en savoir plus...

Si vous lisez le guide Tous les chevaux du monde (travail d’Elise illustré par Yann Le Bris), vous vous rendrez compte que rien n’est écrit sur la Corée du Nord. Juste une ligne pour dire qu’on peut supposer que ces animaux doivent sans doute ressembler à ceux de Corée du Sud. Pour une raison simple : jusqu’au retour de Corée du Nord de Jean-Louis, il n’y avait guère d’information disponible. Il y a ainsi quelques lieux dans le monde où, pour des raisons politiques, il est bien compliqué de savoir ce qui se passe au niveau équestre. La Corée du Nord en fait évidemment partie…
Durant l’hiver 2013, en pleine rédaction du guide, nous étions présents en Corée du Sud, à la frontière nord-coréenne. Les petits chevaux sud-coréens étaient là, attelés à des carrioles bariolées pour promener les touristes… Mais à l’horizon, c’était le point d’interrogation : qu'y avait-il, derrière la frontière ? La Corée du Nord, si proche, inquiétante… l’inconnu…
Cette interrogation, Jean-Louis Gouraud vient de lui donner une réponse. Nous savons désormais à quoi ressemblent les actuels chevaux nord-coréens, les kwangoks, avec toutes les infos nécessaires que l’écrivain a pu collecter sur place.

Jean-Louis Gouraud et un kwangok, cheval nord-coréen

Jean-Louis Gouraud et un kwangok, cheval nord-coréen

Jean-Louis Gouraud, c’est un écrivain, mais aussi un véritable aventurier, un explorateur équestre.
Rappelez-vous, en 1993, l’histoire du mystérieux cheval offert à François Mitterrand… en réalité, un superbe akhal téké. C’est Jean-Louis qui avait révélé l’affaire…
Rappelez-vous encore, c’est lui aussi, en 1990, qui avait rallié, tout seul, Paris-Moscou à cheval, accueilli par Gorbatchev… Il a retranscrit cette incroyable aventure dans son livre, Le Pérégrin émerveillé, chez Actes Sud, qui a reçu le prix Renaudot du livre de poche.
Sa vie est un roman, sur les traces des chevaux du monde, dans les pays les plus improbables, les plus reculés, les plus dangereux, parfois.
Il a défendu le barbe, l’akhal téké, le kabardin à une époque où les cavaliers connaissaient à peine leur existence… On ne peut résumer en quelques lignes tout ce qu’il a fait pour les chevaux et leurs cavaliers : il faut lire ses livres !
Ses livres qui apportent du rêve, ont fait naître des vocations, ont semé et continuent de semer au vent des graines de passion équestre, de voyage et d'aventure, qui n’en finissent pas de germer.
Son voyage en Corée du Nord fera l’objet de publications futures, notamment d’un chapitre à paraître de sa Petite géographie amoureuse du cheval en mars prochain, chez Belin.
Alors en attendant de les lire, pour ces photos de chevaux de Corée du Nord et pour tout le reste, merci Jean-Louis Gouraud !

Commenter cet article