Quelques lectures à propos des cultures et de l'intelligence animales

Publié le par lesbiodiversitaires

Les travaux des éthologues, passionnants, restent encore trop confidentiels, peu connus du grand public. Pourtant, ces révolutions dans l’éthologie, avec toutes les implications philosophiques et éthiques qu’elles posent, devraient contribuer à nous faire totalement réviser notre rapport à l'animal.
Pour ceux que cela intéresse, ci-dessous quelques lectures de vulgarisation qui abordent ces questions des cultures ou de l'intelligence animales :    
 
L’école des surL'école des suricatesicates, Michel de Pracontal, « Sciences », Le Seuil.  
 
Un petit livre clair et accessible pour se plonger dans la question des cultures animales. Certains des exemples cités sont déjà connus des lecteurs de Frans de Waal, sur lequel s’appuie régulièrement l’auteur, d’autres sont nouveaux.    
Les preuves s’accumulent sur l’existence de véritables cultures au sein de certaines espèces animales, c’est-à-dire que, dans une même espèce, certaines populations ont acquis des comportements spécifiques qu’ils se transmettent de génération en génération par apprentissage.
L’auteur insiste sur le fait que les preuves de terrain (observations in situ) ne sont pas suffisamment prises en compte, les scientifiques ne jurant que par l’expérimentation en laboratoire (or un animal libre vivant dans son environnement naturel et agissant spontanément n’a pas les mêmes réactions qu’un animal captif dans un environnement humain).
Il insiste aussi sur le fait que beaucoup de scientifiques (longtemps des hommes occidentaux), sous couvert d’objectivité, ont en fait interprété les comportements animaux à travers leurs propres croyances et valeurs. C’est ainsi l’arrivée des éthologues femmes et des éthologues orientaux qui a permis de faire de nouvelles découvertes majeures en éthologie, du fait de schémas mentaux ou culturels différents.
On retrouve dans ce livre les amusants et étonnants bonobos (espèce en danger), dont la sexualité joyeuse choqua tant qu’ils furent longtemps oubliés (censurés !) des études au profit des chimpanzés, moins fantasques, on retrouve les suricates qui enseignent à leurs petits comment chasser le scorpion sans se faire piquer, etc.
On apprend aussi que nos chiens domestiques, tellement sélectionnés pour comprendre l’homme au quart de tour, surpassent les chimpanzés pour interpréter les infimes indications humaines – non pas qu’ils soient plus intelligents, mais parce qu’il y a des millénaires de coopération (et de sélection) entre les deux espèces (tandis que les chimpanzés sont sauvages et instinctivement méfiants envers l’homme). Et plein d’autres choses encore.
 
Un article sur une louve, qui évoque également le sujet
Intéressant aussi, cet article, où Pierre Jouventin, scientifique et éthologue, raconte son expérience avec une louve (dont il a fait un livre), et comment cela a contribué à le faire réfléchir sur les comportements de cette fabuleuse espèce. En espérant que cela ne donne pas des idées à quelques hurluberlus, car comme le souligne ce scientifique, l'expérience reste ultra dangereuse. Pour qui veut un canidé intelligent, un bon chien de berger d'Auvergne fera amplement l'affaire !
 
D'autres lectures pour aller plus loin
Déjà cités sur ce blog, à lire aussi, sur l'intelligence animale et ce qu'elle nous éclaire de nous-mêmes, des livres un peu moins récents, plus approfondis, mais qui restent accessibles à tous et font énormément réfléchir !  
 
L'âge de l'empathie, leçons de la nature pour une société solidaire, Frans de Waal    
Un livre qui explique comment l'empathie est de plus en plus souvent démontrée chez les animaux.
 
le singe en nous20100423Le singe en nous, Frans de Waal  
Un livre dont la lecture a un effet singulier, celui de mettre pas mal d'humour dans nos vies, puisque qu'on voit ensuite les côtés primates de chacun d'entre nous ! La guenon qui sommeille en la boulangère, le gorille mâle qui sommeille - à peine - dans son chef, sans parler des bonobos refoulés !    
 
(ces deux ouvrages sont déjà évoqués sur le blog dans l'article suivant).
 
Un peu plus philosophique mais passionnant et accessible, le livre du paléoanthropologue Pascal Picq : Nouvelle Histoire de l'Homme
Pascal Picq nous amène, à travers l'étude des grands singes, les découvertes en éthologie et quelques questions dérangeantes, à réviser nos certitudes et ce qu'on nous a appris sur l'évolution. Un livre qui prône la réconciliation de l'Homme avec la nature.
 
Pour conclure, rappelons-nous qu'il est bien difficile de savoir ce qu'une autre espèce comprend ou pas (déjà qu'entre humains, ce n'est pas simple !). Chaque animal a l'intelligence nécessaire à sa survie, il existe des formes différentes d'intelligence, puis, qu'est-ce que l'intelligence ? 
Par ailleurs, nous n'avons pas les sens aiguisés de la même façon que les animaux et, de ce fait, pas la même vision du monde : alors en exagérant un peu, pour un chien au flair et à l'ouïe décuplés, ne passons-nous pas parfois pour des Rantanplan à ne rien sentir, ne rien entendre de ce qui lui parait pourtant, à lui, tellement évident (à savoir : un lapin se cache derrière ce fourré, etc.) ? 
L'intelligence animale est encore un domaine où tout reste à découvrir, et c'est un champ d'investigation complexe, pas facile à tester (surtout pour ceux qui étudient les baleines !).
Alors pour finir, une petite citation de Claude Lévi-Strauss, qui concerne les hommes entre eux, mais qui devrait interroger nos certitudes chaque fois qu'on rencontre l'inconnu, humain ou animal :
 
"Les blancs proclamaient que les Indiens étaient des bêtes, les seconds se contentaient de soupçonner les premiers d'être des dieux. A ignorance égale, le dernier procédé était certes plus digne d'hommes."  

Commenter cet article